Bienvenue au Rajasthan

Février est là et on débarque au Rajasthan. Première étape à Bikaner. Les paysages ont drôlement changés, tout est plus plat et plus sec. Et plus chaud. 25 degrés pendant la journée. On peut trouver pire comme hiver.

P1120480

Nous sommes accueillis par Pintu et sa famille, contactés par couchsurfing. On prend le bus le lendemain pour Deshnoke, petite bourgade très célèbre pour son temple hindou qui vénère les rats. Un filet est installé pour empêcher les oiseaux de venir piocher leur repas. On comprend, ces centaines de rats qui gambadent, ça fait un peu buffet à volonté pour les rapaces. Comme pour tous les temples, on se déchausse pour y rentrer… Très curieux, presque tout est en marbre, et tout est quand même plutôt dégueu. Il y a des rats quoi. Parait que si on en blesse un, il faut le remplacer par un en or. On observe l’effervescence ambiante. Le jeu principal des mâles est de courir après les femelles. On assiste à des scènes d’une rare violence que nous préférons ne pas décrire. Une cellule psychologique a été mise en place pour Puffy. Des prêtres préparent les repas des rats. Et au milieu un jeune couple qui se marie et vient demander une bénédiction.

P1120307

P1120346

P1120322

Retour sur Bikaner pour une promenade dans la ville. Le Rajasthan est connu pour ces forts construits par les maharajas. Ces édifices sont une excellente façon de montrer sa richesse et son pouvoir, le Junagarh Fort rempli tout à fait son rôle. Des plaques d’or couvrent les murs, chaque pierre est taillée minutieusement et les jardins sont aussi grands et luxurieux que le palais. Et si jamais on se lasse de se prélasser dans un gros fauteuil ou à l’ombre d’un palmier dans sa balancelle, il y a toujours les cartes. Pour jouer ou pour y lire un avenir fabuleux, aider par l’astrologie. Encore aujourd’hui, dans les rues, beaucoup de personnes font la queue devant la table d’un astrologue. Et si l’avenir n’est pas drôle, on peut toujours inviter un fakir ! Les planches cloutées ou les dents de scie, choisis ton matelas. Et on apprend d’ailleurs que l’Everest culmine à 9300m d’altitude. 🙂 

P1120378

P1120400

P1120376

P1120395

P1120411

P1120369

Le reste de la ville est plutôt bien agencé, on doit l’avouer. Enfin, c’est surtout que les rues sont larges et bien goudronnées, c’est rare ! Dans la vieille ville, c’est un labyrinthe de ruelles, on s’y perd pour trouver un temple jaïn. 

P1120458

P1120461

P1120475

P1120468

Dans la banlieue de Bikaner, un centre de recherche national sur les dromadaires ! Ah oui, maintenant en plus des chevaux ou des bœufs, on croise en pleine ville de hauts dromadaires tirant des charrettes. On les préfère aux singes… Vraiment très cool. Lorsqu’ils marchent, leur cou en oscillation sont d’une beauté hypnotique. Ce centre qui est aussi une ferme, possède plus de 300 bêtes. On a eu de la chance, de décembre à mars, c’est la saison des amours. Le mâle épate la femelle grâce à un bruit digne du dindon : il gonfle une « bulle » de peau en dehors de sa bouche (c’est pas sa langue, c’est assez étrange), elle s’agite et ça « glougloute », comme un dindon. Bon accessoirement aussi, il bave et mousse de partout. On vous donne un bon tuyau, si jamais vous aviez besoin de savoir dans votre vie si une femelle dromadaire est enceinte et que vous n’aviez pas d’échographie sous la main ! (On sait jamais, ça peut arriver). Un mois après l’acte, c’est la femelle qui garde la queue en l’air qui est enceinte, et pas celle qui l’agite. (De rien 😉 )

P1120497

P1120507

P1120521

P1120519

Après un petit café au lait de dromadaire (très bon pour les diabétiques, le lait de dromadaire. Mais puisqu’on vous dit qu’on a appris plein de choses là-bas !), on passe faire une visite de curiosité à l’AFEV, asso humanitaire française. On ne sait pas trop à quoi s’attendre et on découvre avec plaisir Natacha, la directrice qui vit depuis 13 ans en Inde. Son association existe dans d’autres pays comme à Madagascar ou en Amérique du Sud. On est curieux de l’administration indienne, sur certaines formalités et c’est à ce moment qu’on apprend une loi indienne : il est interdit d’héberger des étrangers chez soi. Mesure anti-terroriste. Dooonc, le couchsurfing ou warmshower ou autres programmes de bénévolat qui offre l’hébergement, c’est illégal ici ! Le risque serait que quelqu’un dénonce l’hôte aux autorités. Ça arrive parfois. On est plutôt très surpris d’apprendre cette loi, vu l’ampleur des réseaux comme couchsurfing… 

Et cette française est dans le guide du routard depuis plusieurs années, « très pro » selon elle. En revanche, un gars de lonely planet lui a aussi rendu visite, et lui avait demander 400 dollars pour figurer dans leur guide. « Vous savez, beaucoup d’enseignes s’y retrouvent financièrement. » Figurer sur les guides fait tellement un énorme coup de pub. Pas un voyageur rencontré n’avait son routard ou son lonely planet. (On ne fait pas de la pub pour le routard, il n’est sûrement pas irréprochable non plus).

P1120418

On passe une dernière nuit chez notre hôte, avant de prendre le train pour Jodhpur oú un couchsurfeur nous a invité au mariage de son cousin 🙂

P1120496

C’est notre première en train et quand on découvre le prix et le confort, on se prend une sacré claque ! Mais pourquoi on s’est embêté à prendre le bus jusqu’à maintenant alors que le train est encore moins cher et qu’on évite les secousses façon manège dues au mauvais état de la route !? C’est la découverte du siècle, 5h de trajet, on se fait des copains, et on peut même jouer aux cartes ! Par contre assez marrant. « Vous inquiétez pas, en cette période d’examens personne ne prend le train ». On arrive 1h à l’avance, train bondé, plus une seule place assise, et les gens commencent à s’asseoir sur les portes bagages. Bienvenue en Inde. 🙂 Qu’est-ce que ça doit être quand il y a beaucoup de monde dans le train.

P1120541

P1120537

Jodhpur, sun city. Plus de 330 jours de soleil par an en moyenne. Surnommée aussi aussi blue city : de nombreuses maisons dans la vieille ville sont bleues ! Depuis deux millénaires. Ce serait en l’honneur de Krishna, réincarnation de Shiva, adoré par de nombreux fidèles. Cette couleur s’est révélée être aussi un puissant répulsif à moustiques. Pratique. 🙂 Ce qui est certain, c’est qu’une superbe impression de fraicheur et de sérénité se dégage de toutes ces maisons enchevêtrées les unes sur les autres (la reforme de l’orthographe n’est toujours pas arrivée en Inde).

DSC_0044

P1120787

P1120744

Sur un surplomb rocheux derrière la vieille ville se dresse une superbe forteresse virile. Comme dans beaucoup d’autres villes du Rajasthan d’ailleurs. Elle date du XVème siècle.

Et aux détours de petites ruelles, on se retrouve juste devant un énorme « puit-escalier », pour approvisionner la ville en eau.

P1120711

P1120559

P1120782

Cette ville d’un peu plus d’un million d’habitants nous fait du charme, même si comme partout, les eaux usées s’écoulent dans la rue et les ordures s’entassent dans les coins.

P1120561

P1120699

On retrouve Tharun qui nous parlent du mariage de son cousin. D’après lui, 2000 personnes seront présentes sur les deux soirées. Première chose à faire, se trouver des habits adéquats. La sœur de Tharun prète un sari, Léa se retrouve enveloppée dans un peu plus de 7m de tissu, mais pourtant avec le ventre à l’air. Pour ma part sous les conseils avisés de notre ami, je passe de la barbe sauvage broussailleuse à la moustache rajasthani. Et oui ici la moustache c’est toute une institution. « You look awesome » complimente Tharun. Léa, elle plus sceptique, propose qu’on fasse quelques jours chambre à part.

P1120377

P1120588

Le mariage commence. Grande procession dans la rue, fanfare avec cuivres et percussions, pour se diriger vers le lieu des festivités. La majorité des hommes portent des turbans, les femmes sont toutes en sari, et très vite tout le monde se met à danser. On apprend à danser comme les indiens. Ne pas plier les genoux, des pas simples, et surtout, super important, les bras toujours levés.

P1120607

Le marié, habillé comme un maharadja, chevauche un puissant cheval blanc que le maître fait se cabrer. On rencontre de nombreuses personnes. Bien sûr il s’agit d’un mariage arrangé, comme majoritairement en Inde. Les invités appartiennent presque tous à la même caste. On se perd entre les cousins, les grands oncles et les nièces éloignées. 

P1120698

P1120647

P1120677

P1120671

À la fin de la soirée a lieu une cérémonie religieuse. La date du mariage avait d’ailleurs été fixé en concertation avec des astrologues. C’est une autre culture. Pour trouver la date, on ne demande pas la disponibilité des copains et de la famille mais la disponibilité des étoiles. Un feu est allumé, les invités et les mariés s’assoient et un prêtre brahmane chante des textes en sanskrit. Les vœux sont finalement prononcés.

P1120778

5 Comments

  1. Bonjour aux deux globetrotteurs
    Je suis vos aventures vos rencontres depuis le depart sur votre blog(grace a Didou)
    Je n’avais qu’une envie c’est de vous passer le bonjour apres quelques essaies infructueux .Il a fallu un tour de velo avec Sylviane dans le Pilat qui m’a explique la connection.Je me demande ce que allez adopter a votre retour ou sur les velos les casques avec les cretes rouge ou les turbans pouvant faire office de casque ?
    Une pensee piraillonne ou nous profitons du festival du cinema(et aussi des miasmes hivernales un peux indesirables )A plus Yvette

  2. Ici nous venons de terminer un court métrage de 3′ en 48h, défi cinématographique du festival du 1er film d’Annonay, on s’est bien creusé les méninges pour créer une histoire mais vous c’est un documentaire en live de plus de 4 mois que vous vivez ! Et là trop fort ! vivre un mariage indien en tant qu’invités ! Quel accueil ! Léa est rayonnante dans son sari et Logan porte bien le turban !
    Vos articles sont toujours un régal et là j’ai bien ri d’imaginer Léa tourner en rond x fois pour s’enrouler dans le sari, à moins que ce soit l’habilleuse qui tourne ?! A quand un tutoriel sur la mise en place du sari ?
    Bisous à vous

  3. Léa, Logan,
    Vraiment, vous êtes magnifiques avec ces tenues !
    Très surpris que quelque part, on vénère des rats … c’est un pays très curieux.
    Chacun de vos articles nous font découvrir des choses très surprenantes.
    On attend la suite.
    Bises

  4. Super vous assistez même à un mariage au milieu de votre voyage, magnifique ta moustache cousin!
    Profitez bien tous les deux, des bisous 🙂

  5. Mon dieu que vous en aurez vu des choses. C’est vraiment merveilleux. Pourquoi je n’ai plus 20 ans!!! Bonne continuation

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2018 Puffy en voyage

Theme by Anders NorenUp ↑