Category: Mars 2016

Le Taj interdit pour Puffy !

P1140360

 

P1140369

Puffy est resté à la porte du Taj Mahal, le célèbre mausolée moghol à Agra. Refoulé grossièrement. Il a bien mis plusieurs jours à s’en remettre. Dommage pour lui c’est quand même très joli. 🙂

P1140389

Le Taj Mahal, superbe construction en mémoire de la femme favorite de l’empereur Shah Jahan. Décédée lors de son quatorzième accouchement. Des milliers de touristes chaque jour pour visiter cette nouvelle merveille du monde. Un prix d’entrée de 20 roupies pour les indiens, et de 750 roupies (environ 10 euros) pour les étrangers. Un peu plus de 30 fois plus cher. Mais c’est quand même très joli. 🙂

P1140386

P1140384

La foule est immense même à l’aube, et tout le monde veut prendre la pose devant le monument. Réalisé en marbre blanc, les bas reliefs sont sublimes et des pierres semi-précieuses sont incrustées pour former des formes géométriques, des calligraphies ou des motifs floraux. Léa a décollé quelques jolis cailloux du mur pour financer notre prochain voyage.

P1140405

P1140409

On était arrivé à Agra avec un train de nuit du Rajasthan, et on repart avec un autre le soir même pour Khajuraho. 

P1140240

Remontant du sud, on avait fait une halte dans une charmante ville du Rajasthan juste avant, Bundi. Pour y arriver de Mahabelshwar, 8h de bus, puis train de nuit au départ de Mumbai, puis de nouveau quelques heures de bus. Épuisant. Halte très sympa dans cette bourgade qui concentre les superbes attributs du Rajasthan. Superbes moustaches, fort sur une colline, palace surplombant une petite retenue d’eau et surtout plein de couleurs de partout. 

P1140269

P1140324

P1140314

P1140335

Donc de Bundi, après Agra, nous arrivons aux premiers rayons du soleil dans l’ancienne capitale religieuse du royaume Chambelâ (du Xème au XIIème siècle A.C), Khajuraho. C’est ici que Shiva s’est marié avec Parvati. 

P1140458

P1140475

La lune, une nuit a aperçu une jeune fille nue se baignant dans un lac. Fasciné par sa beauté et dévoré de désir, il est descendu sur Terre et s’est uni avec elle. De cette union est né le roi fondateur du royaume. Son fils, pour expier la relation hors mariage de sa mère avec la lune, a fait construire 85 temples. Il n’en reste aujourd’hui qu’une vingtaine, mais ils sont mondialement célèbres pour leurs très nombreuse sculptures érotiques ! Le commandant britannique qui a redécouvert ces temples dans la jungle au XIXème siècle considérait les sculptures comme « un peu plus osées qu’il n’est absolument nécessaire ». Ces temples sont plein de surprises.

 

Plusieurs théories essayent d’expliquer la présence de ces sculptures érotiques. Cela aurait pu être pour « stimuler la natalité », le royaume faisant face à une décroissance démographique. C’est également possible que ces sculptures représentent des scènes tantriques.

P1140225

Ces jours-ci, un petit truc nous occupe. On a commencé les formalités pour le visa chinois. Rien de bien méchant, on ajoute simplement le Chinese Visa Application Service Center de Delhi à notre parcours. Le train de Khajuraho à Delhi étant complet, on en réserve un autre au départ de Jhansi, 200 kms plus loin. Départ à 23h58. Pour aller à Jhansi, on hésite entre train ou bus. C’est 4h de trajet l’un ou l’autre. Un jeune militaire indien de Jhansi justement nous décide, ça sera le train ! Il nous aide à prendre les tickets (c’est-à-dire qu’il double la longue file d’attente d’une centaine de personnes. Privilège de miliaires. Et nous évite une file d’attente de quelques heures). Mais avoir un ticket ne veut pas dire avoir une place.

P1140420

Le train se réserve en avance pour avoir une place attribuée en sleeper class ou 2A ou 3A. Un lit pour la nuit quoi. Sinon, on peut acheter des tickets en « general class ». Ils donnent simplement le droit de monter dans le train dans les wagon general class. Pour avoir une place, c’est au plus rapide… On est là, sur le quai, à attendre et la foule qui attend aussi, commence à se mobiliser vers un bout du quai. Le train arrive lentement, les wagons aux places réservées passent… Arrivent les wagons de la general class. Le train n’est pas arrêté que déjà la foule se presse aux portes, aux fenêtres ! Ça rentre de partout à une vitesse hallucinante. C’est comme si le train les aspirait. On reste figés. Notre ami nous guide alors vers la sleeper class. Quand vraiment plus personne ne peut rentrer dans les wagons general class, les passagers remplissent les wagons sleeper.

« Remplir » d’ailleurs selon les critères indiens, pas européens. Dans un même espace deux ou trois fois plus de personnes peuvent rentrer en Inde. 🙂

P1140578

Nous voila donc dans un wagon sleeper. Notre ami s’arrange avec les personnes du compartiment pour qu’on reste. On descend à Jhansi, eux plus loin à Delhi, on les embêtera pas longtemps… Sauf si…

Sauf si le train a 5h de retard ! À la première gare, après 1h d’arrêt, on se pose des questions. C’est une petite gare, on ne devrait pas s’arrêter si longtemps. Notre ami nous invite chez lui à Jhansi. « Non, on a un train à prendre ». Après 2h d’arrêt et donc 2h de retard annoncé : « Vous n’allez pas avoir votre train, venez chez moi ». Mince, il a raison. Comment on va faire ? On regarde sur internet s’il y a des trains vers 2h du matin qu’on pourrait avoir. Rien. On désespère.

Tout à coup, Shiva s’incarna devant nous sous la forme mi homme bleu, mi locomotive à vapeur. Les yeux écarquillés et la bouche bée, on arrêta de respirer. Il s’adressa à nous dans ses termes : « Eh les loulous, vous seriez pas dans un train qui va à Delhi justement ? » et il disparut. Problème résolu.

Notre ami militaire déloge un autre passager qui n’avait pas de réservation aussi pour nous donner une couchette. Un copain militaire, c’est très persuasif. Et nous profitons d’une petite heure de douce somnolence. Jusqu’à l’arrêt suivant. À 2h du matin. Une foule sur le quai, des cris pour rentrer et une centaine d’indiens entrent dans le wagon. Les premiers se trouvent un peu de place pour s’asseoir sur le sol, les suivants doivent rester debout, souvent bagages sur la tête. Et parmi les nouveaux arrivants, damned, celui qui a réservé le lit sur lequel nous nous étions délicieusement reposés, insouciants. Un petit geste de la main genre : « hé les cocos j’vous laisse 10 secondes pour décamper ». La nuit s’annonce longue.

P1140595

La foule descend 2h plus tard à Jhansi. Nos lits réservés dans l’autre train se sont fait la malle 4 heures plus tôt. Le contrôleur, las, nous fait comprendre qu’il ne nous emmerdera pas si on se fait discret. On trouve un peu de place par terre pour s’allonger. Deux minutes plus tard Léa sursaute et cri : « y’a une bête qui est montée sur mon mollet ! ». Plus tard je sens renifler dans mes cheveux. Léa passe le reste de la nuit assise sur un bout de couchette à guetter. À la lueur du soleil levant, elle aperçoit enfin la bestiole : une souris !

Une nouvelle journée commence. On regarde par la fenêtre les centaines d’indiens qui viennent déféquer aux bords des rails, discutant entre eux et ignorant les trains qui passent. La banlieue de Delhi est interminable. Et on arrive enfin à la gare à 11h. Pour se dépêcher de déposer tous les papiers pour le visa chinois.

Fort de cette expérience, on prend un autre train de nuit dans la foulée. On en veut encore ! Une dernière astuce des tickets de train : la waiting list. Quand tous les lits sont réservés, on peut prendre un ticket sur la liste d’attente. Si jamais quelqu’un annule, on a une chance d’avoir un lit. On est 72ème sur la liste, peu d’espoir. Mais surprise, on nous apprend qu’on a un lit ! Oui, un lit pour deux 🙂 on n’est pas trop exigeants et heureusement, ce train n’est pas aussi rempli.

Après 15h de train, 12h à Delhi, c’est parti pour 11h de train pour Varanasi !

P1140285

Sans sucre les fraises s’il vous plaît.

On a cru que c’était à Hampi les vacances. Puis on est arrivé à Goa.

P1130902

 Destination réputée, plage de sable blanc, océan indien, musique et fêtes… On redoutait un peu un effet Ibiza. Mais on est en Inde ! C’est la plage, la farniente en version hippie, avec beaucoup de russes et les prix qui restent bas. Incroyable. L’océan indien nous rafraichit agréablement, on y resterait la journée…

P1130853

P1130874

Ancienne colonie portugaise, le christianisme a laissé sa marque. Jésus et Marie remplacent les posters de Shiva ou Ganesh sur certains rickshaws. Et même sur certains bus gouvernementaux! Dimanche, la messe, le clocher sonne. L’église est remplie, foule sous un régiment de ventilateurs qui pendent du plafond.

P1130845

P1130919

On s’est installé pour quelques jours à Arambol, ancienne bourguade de pêcheurs qui ne vit maintenant qu’au rythme du tourisme routard. La jungle sur les collines offre un peu de fraicheur, et on croise quelques babas sous de superbes arbres avec souvent de nombreux visiteurs.

P1130883

Après des jours d’hésitations, on quitte à regrets la baignade mais avec plaisir la chaleur étouffante. Bus de nuit pour Pune. On a pris les couchettes les moins chères, à l’arrière du bus. « Erreur les amis » nous lance Puffy, goguenard, à la première bosse. Décollage du matelas, atterissage non controlé. Les dos d’âne sont très cruels en Inde.

Pune nous accueille endoloris au petit matin. Et dès l’ouverture des portes, on entre au snake park. Puffy réclamait depuis le début de voir des serpents. L’Inde, c’est le pays des cobras tout de même. À défaut (ou frayeur) d’en croiser un dans la nature…

P1130959

On discute avec le responsable de serpents du zoo. 4 fois il s’est fait mordre qu’il nous dit. Et une trentaine de ses copains qui sont morts empoisonnés qu’il nous dit tout en descendant dans l’enclos à cobras. Juste pour que les cobras en colère montrent leur coiffe. Pour la frime et notre frisson! 

Après cette petite halte, on part pour Mahabaleshwar, station de montagne à 1300m d’altitude. Qu’est-ce que c’est qu’une station de montagne ? La côte d’Azur version fraicheur. Une petite ville faite d’hôtels, restaurants et boutiques qui vit principalement au rythme des habitants plutôt fortunés de Mumbai fuyant la chaleur, le bruit et la surpopulation de la mégalopole.

P1140004

P1140100

Cette petite ville se trouve sur un plateau où fraisiers et jungle se taquinent l’espace. Et oui, c’est la capitale de la fraise ! On en trouve quasiment toute l’année, en jus, milkshake, glace, à la crème, nature ou sucrées. 

P1140087

Tout est joliment vert, ce qui contraste avec le reste de la région assez sèche. On se promène de point de vue en point de vue. Ici l’Elephant point, là Arthur seat point. Les anglais appréciaient la vue, nous aussi. 

P1140080

Les montagnes sont superbes. Il s’agit des gaths occidentaux, marquant la frontière ouest du plateau du Deccan. On remarque la superposition des couches de basalte. Il y a 65 millions d’années (extinction des dinosaures), l’activité volcanique était exceptionnelle et la lave s’est accumulée sur plusieurs kilomètres d’épaisseurs. Et aujourd’hui on déguste paisiblement des fruits rouges dessus, admirant le paysage. 🙂

P1140179

Comme dans beaucoup d’endroits en Inde des singes facétieux apportent un peu d’animation. L’un d’eux, peu farouche, s’élance d’une branche et saisit la glace d’une jeune fille apeurée. On peut être singe et gourmand.

P1140130

Puffy voulait pas partir, mais une famille qui nous accompagne nous presse de rentrer. C’est la fin de la journée, et on est dans la jungle. Les animaux sauvages sortent de leur torpeur. Il reste quelques tigres et quelques léopards dans ces forêts. On croise en rentrant un énorme buffle sauvage. « Vous inquiétez pas m’sieur, on vous laisse tranquille on allait partir. » 

DSC_0123

P1140201

P1140211

© 2017 Puffy en voyage

Theme by Anders NorenUp ↑