bivouacavelo

Trois nuits sous la tente et déjà les joies du bivouac. Premier réveil métallique avec le fracas des déchets compactés de la décharge plus voisine que prévue. Deuxième réveil plus raffiné, pas de doute, la fosse sceptique de la maison d’à côté n’était pas loin.

 

Bernard-&-Lea

Puis la nuit dernière, Bernard nous accueille chaleureusement dans son jardin un peu avant Gap. Et c’est avec un pot de confiture maison à la mirabelle et au vin blanc alsacien que nous repartons taquiner les montagnes le matin. Ça y est les températures commencent à descendre la nuit, à 800 ou 900 mètres d’altitude, mais pas d’inquiétudes, Puffy dort bien au chaud.

 

torture

 

L’itinéraire est superbe et les journées bien ensoleillées. En direction de l’Italie, à l’Est, nos joues et mollets droits prennent significativement plus de couleurs que les gauches. Les montagnes sont tortueuses et au détour d’un virage, ça y est, l’automne est presque là.

 

 

couleurs_automne_nyons

descente-serres

montée-drome-provencale

La question : « quand-est-ce qu’on mange ? » rythme nos journées, du matin au soir. Celles-ci pourraient être décomposées en trois parties : lorsqu’on a faim, lorsqu’on mange et lorsqu’on digère. Les repas sont source d’une intense satisfaction. Nous explorons le patrimoine de la France (très à la mode ces temps-ci) à travers ses fromages.  Chèvre frais ou crémeux, brebis ou vache, nous cultivons la diversité.

pique-nique-nyons