Et ils dormirent 5 nuits au meme endroit.

Arrivés chez Andrea et Constanza vendredi dernier, on se demandait si on ne se reposerait pas une petite journée avant de repartir. Ce n’est finalement que le mercredi que nous partons, convaincus par les « it’s gonna rain tomorrow, don’t worry, stay another day » qui se succédaient. Et bien sur les journées étaient scandaleusement ensoleillées. Quatre douces journées passèrent, à discuter, jouer aux cartes, se balader, lire et manger. Moussaka, gratin dauphinois, crumble, brownies, pizzas, gnocchis, soufflés, crèpes…

Italien et argentine, ils ont toujours vécu à droite à gauche, en Amérique latine et en Europe. Ils s’apprétaient à partir en Norvège pour passer l’hiver là-bas. Nous avons appris beaucoup de choses durant ce petit séjour, et notamment un parait-il formidable anti-moustique, l’ail quotidien ! La transpiration devient ainsi un répulsif naturel, Oui, nous diriez-vous, mais qu’en ait-il du répulsif social ? Question fort pertinente. L’astuce est de couper finement la gousse le matin, et de l’avaler sans macher avec une bonne gorgée d’eau, pour épargner ainsi la cavité bucale et les personnes à qui elle s’adresse. Malin, hein ?

P1080747

P1080765

cartes

 

 

 

 

 

 

On quitte finalement ce nid confortable pour repartir en selle, sous la protection de la Sainte Mère Des Voyageurs.

P1080878

P1080775

C’est dans la brume que nous retournons dans notre chère plaine italienne. M’enfin, c’est pas quelques nuages qui nous chagrinent, le soleil est loin d’etre timide et nous oblige à des pauses photos à chaque jolie décharge. Les villages que nous traversons sont de plus en plus colorés, les crépis passent du jaune au rouge et les plus ambitieux osent du violet.

brume

decharge

village-italien

sun

 

P1080861

On passe par quelques villages médiévaux, aux rues pavées (la joie de nos cyclistes fessiers) ou entourés de fortifications et autre chateau fort. Au détour d’un pont levis se cacha la première chute ! Une jolie photo, Logan presque jaloux de ne pas avoir de cicatrice et on repart.

Aucun italien n’avait accepté pour le moment de nous preter un petit coin de jardin. Après une tentative infructueuse de camping sauvage en passant par un sentier de lequel on s’embourba au point de ne plus pouvoir faire rouler les vélos, on frappa à la porte d’une grande ferme, sans grand espoir. Et pour la première fois, boueux et crotteux, on nous accepta ! Et le chien pissa sur nos sacoches pour nous souhaiter la bienvenue.

paysage-italie

 

 

2 Comments

  1. Coucou les courageux !
    Bientot Venise si vous ne musardez pas trop ;-))
    C’est chouette toutes ces rencontres !
    On vous en souhaite plein d’autres et bon courage à vos mollets !
    Vous nous impressionnez…
    Bisous et bonne route.

  2. Hello les voyageurs
    Je viens de découvrir votre site et du même coup votre projet de voyage à vélo.
    Le vélo itinérant c’est magique !!
    Je vous souhaite beaucoup de rencontres et de découvertes

    Bon voyage !!!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2019 Puffy en voyage

Theme by Anders NorenUp ↑