Il fait un peu chaud en Inde

Inde !

On est arrivé un peu avant 5h du matin à l’aéroport de Delhi le 29 décembre dernier, en ayant dormi un petite paire d’heures. Un contact warmshower dans le téléphone, nous remontons sur le vélo pour aller dans le centre de New Delhi à Connaught Place, énorme rond point au cœur de la ville, pour temporiser en attendant de retrouver notre hôte, Bulbul.

P1110399

Découvrir l’Inde nous fait l’effet d’un énorme bol de café, les yeux alertes hallucinent au fil des kilomètres. Ici une énorme vache traverse une 2×3 voies, là un singe saute d’un muret, sur le bord de la route des dizaines de rapaces mangent dans des corbeilles, dans un temple une centaine de pigeons mangent des graines jetées par les fidèles.

P1110326

On roule à gauche en Inde, mais le contre-sens ne semble troubler personne. Les rickshaws, vélos, charrettes, animaux, piétons, bus, camions, tracteurs et autres étalages sur roulettes se disputent la route dans un vacarme assourdissant. Visiblement la pédale d’accélérateur est directement reliée au klaxon. La pédale de frein également. Le bitume laisse parfois une petite portion de piste caillouteuse s’épanouir, mais les terreurs de la route sont les dos-d’ânes, sans pitiés pour les suspensions des véhicules et les fesses délicates de ce pauvre Puffy.

P1110425P1110541

P1110482 P1110330

 

Les indiens sont de manière générale particulièrement curieux. A l’aéroport, en remontant nos vélos, un attroupement d’une dizaine de personnes apparait, discutant entre eux et souriant en regardant Léa regonfler fièrement son pneu avant. Les indiens sont des gens qui regardent les choses qui les intriguent avec insistance. Parfois avec un superbe sourire. 

On rencontre Bulbul, et reprenons la route pour rejoindre son domicile, un petit peu à l’écart du centre, à une petite vingtaine de kms. On arrive épuisés, après 45km de vélos à Delhi depuis l’aéroport. Et oui, Delhi est une mégalopole plutôt bien peuplée…

Lina (diminutif de Mohsina), la femme de Bulbul, nous accueille avec une merveille de repas. On l’avait déjà senti dehors, outre la pollution et la poussière, la rue dégage aussi de formidables odeurs de bouffe, d’épices et d’encens avec les centaines de vendeurs ambulants. Très parfumée et colorée avec la coriandre fraiche, les piments et les currys, la cuisine indienne à laquelle on goute ne nous déçoit pas. Il semble que l’estomac de Léa soit fragile psychologiquement, il a décidé de tomber malade avant même d’avoir goûté un produit indien. Puffy ne l’épargne pas en sarcasmes. 

P1110475

P1110479

Un Estonien, Daniel, est également hébergé chez nos hôtes, il reprend un avion le lendemain après un mois de voyage en vélo en Inde du nord. P1110440 Nous prenons le temps de prendre nos marques dans ce pays si différent. Nous attendons le jour de l’an en buvant du thé noir préparé avec du gingembre fraichement coupé, en regardant des séries Bollywood souvent pathétiques, et en se baladant dans les environs. 

 

Le sport national du pays est le cricket, tous les terrains vagues de la ville sont envahis par les enfants qui y jouent. Bulbul est un sportif passionné, et nous l’accompagnons à un de ses matchs une après-midi. 12 joueurs sur le terrain, un joueur lance la balle, un batteur la tape et un autre joueur la ramasse. Et ce pendant deux bonnes heures. 🙂 On passe beaucoup de temps à observer les écureuils qui courent de partout sur les murs, jusqu’à ce qu’on nous explique un peu plus les règles, et qu’on arrive à s’intéresser (un peu plus) à ces pauvres joueurs sur le terrain qui transpirent abominablement. Déjà qu’il fait super chaud en hiver, on a une pensée pour les joueurs en été…

P1110373

P1110467P1110347

 

 Réveillon sur le toit de l’immeuble, poulet macéré au barbecue au milieu des pétards et des fusées de la ville en effervescence. On partage les charmes d’une petite bouteille de chartreuse qui s’était fait une place dans la valise ;).

On rencontre Produ le 1er janvier, un ami d’enfance de Bulbul. Avec Lina et Bulbul nous le rejoignons dans son appartement à Gurgaon, ville toute jeune au sud de Delhi, 1er étage, immeuble N° 1176 du bloc G dans le secteur 57.  Gurgaon avec ses milliers d’immeubles qui ont poussé pour faire face à l’énorme manque de logements de la capitale.

P1110551P1110430

P1110384

Aujourd’hui à 16 millions d’habitants, la mégalopole de Delhi pourrait atteindre selon une prévision de l’ONU 30 millions d’habitants d’ici 2030 ! Depuis le début de l’année dans la capitale, les voitures immatriculées avec un numéro pair roulent les jours pairs et les voitures immatriculées avec un numéro impair roulent les jours impairs. Cette mesure soulève de nombreuses polémiques mais elle semble la seule vraiment efficace pour désencombrer le trafic, infernal entre 5h du matin et 23h le soir.

Nous sommes invités pour un repas chez la cousine de Produ, à Gurgaon. Le repas, composé d’une petite dizaine de plats, est superbe. Bulbul, Lina, Produ et sa famille sont originaires de la région d’Assam, au nord est du pays, près de la Birmanie.

P1110390

Bulbul travaille chez American express, une filiale américaine dans le secteur bancaire. Prudu travaillait également dans cette entreprise jusqu’à ce qu’il parte. Il anime maintenant des camps scolaires dans le Rajasthan, dans un centre qui vient d’ouvrir à une petite centaine de kms au sud de Delhi. Nous partons tous les 5 pour y passer une journée bien tranquille dans la campagne, où poussent choux, radis rouges, oignons, bananes, grenades, moutarde, coriandre, etc… Le jardin est assez grand pour accueillir un terrain de basket et une table de ping pong. Tout est prévu pour le loisir des enfants, absents en ce dimanche. On se fait une joie de les remplacer.

Nous restons en tout une petite semaine à Gurgaon, et découvrons un peu plus Delhi en prenant le métro. Le vieux Delhi est un peu oppressant, des kilomètres de bazars dans des rues minuscules et sales dans lesquelles les odeurs d’urine s’amusent avec toutes les autres odeurs des étalages, viandes, poissons, épices, gâteaux et encens. Il y a du monde absolument partout, et les milliers de vélos et rickshaws se disputent les petites ruelles. Même un ascenseur que nous prenons un jour est à l’image de l’Inde : « max 20 persons » alors qu’un européen imagine déjà difficilement 10 personnes rentrer dedans. 

P1110548

On visite le site classé à l’Unesco de Qutab Minar, au sud de la capitale. 10 roupies l’entrée pour les indiens, 250 pour les étrangers.

P1110495

Le patrimoine indien appartient à tous les indiens. On voyage à travers le temps, les nouveaux envahissseurs musulmans qui se sont établis dans le nord de l’Inde au début du premier millénaire après JC ont fait construire une gigantesque tour de victoire à la gloire de l’Islam. P1110512 L’architecture est un mélange d’islam et d’hindouisme, et les pierres – grès rouges et marbres blancs – sont superbement sculptées. Et Léa se fait prendre en photo par des indiennes. Les contrastes dans ce pays sont extrêmement prononcés. Derrière le monument des cochons sauvages mangent dans une décharge.

P1110503

L’extrême pauvreté côtoie la classe moyenne émergente. Les diversités sont extrêmement nombreuses, les chaines de télévision du pays sont dans des dizaines de langues différentes, mosquées et temples jaïns, sikhs, hindous et bouddhistes se tiennent côte à côte.

P1110517P1110521

Bientôt 2 semaines maintenant que nous sommes chez nos hôtes à Delhi. Nous sommes en Inde jusqu’au 15 avril, nous avons le temps et c’est une liberté incroyable lorsque l’on voyage. Nous allons poursuivre le périple dans le nord aux pieds de l’Himalaya. Nous avons contacté des fermes dans lesquelles nous allons passer quelques semaines. Et changement de programme, le voyage en Inde sera en sac à dos, en bus et en train ! Pour visiter plus de fermes et avoir un aperçu plus complet de l’Inde du nord – Non, les fesses délicates de Puffy n’y sont pour rien.

 

P1110534

1 Comment

  1. Meilleurs vœux les copains, bonne année et bonne santé ! Continuez bien votre visite de l’inde ! 🙂 Pierrick

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2018 Puffy en voyage

Theme by Anders NorenUp ↑