P1110093

On profite bien des quelques jours de repos à Kavala. On repousse plusieurs fois le départ de l’appartement confortable de notre hôte, et on reprend finalement la route pour les 450 derniers kilomètres après 5 nuits dans des lits. Ah, le piège du confort. C’est plutôt rude de rester indifférent. 

Quinze kilomètres plus loin, on croise un autre couple de cyclo-voyageurs, Nicolas et Camille. Musiciens, ils ont descendus le Danube en kayak, et continuent maintenant leur voyage en vélo. (Leur site internet: https://depagaiesenpedales.wordpress.com/). On décide de bivouaquer ensemble le soir même. Plus que 435 kilomètres jusqu’à Istanbul. L’efficacité, c’est important.

P1110091

P1110097

P1110185

P1110190

Les derniers jours en Grèce s’enchainent. Les exploitations agricoles sont énormes, des hectares de cotons et d’oliviers. Les oiseaux sont partout, et on perd franchement du temps à essayer en vain de les prendre en photos. Il n’y a bien que Puffy qui accepte de prendre la pose.

P1110136

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

 

 

 

P1110130

Les nuits sont fraiches, le vent se lève le jour où l’on traverse la frontière turc. Grosse présence militaire, l’ambiance est beaucoup moins bon enfant qu’avec les précédentes frontières. Les collines ne sont pas non plus bon enfant, la route est en ligne droite, 1km de descente et 1km de montée. L’entrée en Turquie n’est pas des plus facile.

P1110261

P1110225

 

 

 

 

P1110267

P1110245

P1110246

 

 

 

P1110248

Le vent tombe et les choses s’améliorent d’elles-même. Un peu de souffle peu facilement ébranler le charme du voyage en vélo. On découvre la Turquie, qui contraste avec le reste de l’Europe, et qui semble en pleine effervescence. La population a visiblement décuplée, les immeubles et usines poussent de partout, les engins de chantier nous doublent, et la route est la 8ème merveille du monde. Autre nouveauté, les chiens de bergers d’Anatolie, aussi appelés Kangals. Il sont énormes, puissants, rarement attachés, et avec un collier clouté autour du cou. On en croise beaucoup, dans les villages ou près des troupeaux. On ne s’amuse pas à les taquiner avec le klaxon, ils n’ont pas un très grand sens de l’humour.

P1110243

P1110278

P1110280

Les derniers kilomètres nous font entrer dans l’agglomération d’Istanbul. On ne fait pas les fiers dans cet immense mégalopole de 15 millions d’habitants, soit 5 fois la population de l’Albanie. On enchaine les 2×3 voies et 2×4 voies pour finalement arriver près du détroit du Bosphore, au bord du continent européens. La première partie du voyage est terminée !

P1110301