La côte Adriatique n’est pas de tout repos

P1090515

Après nous être reposés une petite semaine, nous voila repartis en vélo le long du littoral pour rejoindre Mostar en Bosnie Herzégovine, notre prochaine étape, quelques centaines de kilomètres plus loin. Les fessiers s’adaptent beaucoup trop rapidement au confort de ne pas avoir à passer 5 ou 6 heures sur une selle de vélo, et les cuisses de ne pas avoir une bonne vingtaine de kilos sur les portes bagages. Nous essuyons d’importants mouvements de protestations au sein de nos organismes, de nouveau sur les routes. Nous nous rappellerons notamment de cette puissante manifestation qui nous a échouée sur une plage paradisiaque après seulement 30 kms. Une après-midi à remettre les chakras en place. Après une interminable discussion avec la délégation syndicale de nos mollets, supervisée par un observateur objectif : Puffy, nous arrivons finalement à un compromis tripartite, et pouvons reprendre nos vélos, les tensions apaisées. Dorénavant nos mollets auront leurs mots à dire sur le choix de l’itinéraire, en revanche ils ne devront pas encourager les journées oisives improvisées.

P1090614

La côte Adriatique est ensoleillée, avec de superbes montagnes et une eau turquoise transparente, mais comme le dit si bien Puffy, il y a quand même plein de « foutues montées ». Le temps est remarquablement chouette, pas trop chaud, pas trop froid, et avec une superbe lumière. Une soirée bien ventée nous laissait présager le pire pour le lendemain, et en effet, il a flotté sévère ce mercredi 28 octobre, qui restera longtemps dans nos mémoires. Mais le mauvais temps sur le littoral a la courtoisie de ne faire que passer, contrairement au mauvais temps en Slovénie qui manifestement abuse grossièrement de l’hospitalité de son hôte, en s’attardant une bonne semaine.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

P1090599

P1090560

Omiš, ville croate

Nous rencontrons Nina et Kristijan un peu après Split, avec leurs deux filles, qui nous invitent à passer la nuit chez eux. Super rencontre. Nous leur partageons notre regret de voir certaines parties du littoral se bétonner anarchiquement et devenir d´énorme business touristique, et de constater que les terrasses sur les contreforts rocheux de la côte, autrefois cultivées, sont bien souvent délaissées ou mal entretenues. Ils nous parlent alors de la détérioration des conditions de vie depuis les années 2000 dans ces pays. Le chômage est très élevé, l’industrie et l’agriculture s’effondrent face à la concurrence internationale. Les salaires permettent seulement de vivre pour les chanceux qui ont du travail. La vie ici est rude, mais nous sommes touchés par leur générosité et leur joie de vivre et repartons le lendemain, reconnaissant et plein d’humilité.

P1090547

P1090579

Les paysages tout à coup changent, et nous nous retrouvons à remonter une large vallée en direction de la Bosnie. La route devient plate contre toute attente. Après le poste frontière, une Bosnienne (habitante de Bosnie, à ne pas confondre avec Bosniaque, qui est un groupe ethnique), insiste pour nous donner ses mandarines, qui étaient absolument formidables, légérement citronnées.

Nous retrouvons une mante religieuse dans la tente ! Ou plutôt deux en deux jours précisément. Une un soir, l’autre le matin au réveil, que préférez-vous ? Puffy a tenté de chaffouiner un petit peu, mais on l’a refroidit en lui rappelant le sort de l’amant après les relations charnelles… Puffy est à croquer.

P1090634

Nous rencontrons Milovan et sa femme un peu avant Mostar et chez qui nous dormons. Un couple de retraités qui ont fuit leur pays pendant la guerre. Ils parlent avec nostalgie de Tito et de la fraternité des différents peuples yougoslaves entre deux verres de rakija maison, gnole faite ici à partir de raisin. Le pays a été détruit pendant le conflit et tout a été à reconstruire. Leur pension de retraite est ridicule, et ils doivent se débrouiller avec leurs légumes, leurs poules, leurs deux cochons et leur vache. Ils nous accueillent le lendemain matin avec un verre de rakija et une tasse de café. Nous repartons en direction de Mostar un peu plus tard, un peu moins efficace que d’habitude…

Nous avons quitté la mer. Nous sommes encore à basse altitude mais surprise ! Nous avons eu droit au givre matinal ! Bienvenue en Bosnie au mois de novembre !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

4 Comments

  1. Ouaaaahhhh !!! Superbement bien écrit, magnifiquement illustré, drôle et instructif, un vrai plaisir à lire. Chaque nouvel article est attendu avec impatience… Merci de nous faire voyager !!

  2. Vous me faites rêver!! Ca a vraiment l’air génial!
    J’attends le prochain article avec impatience 🙂
    PS: Puffy vous fait-il des massages? Sachant que vous pédalez pour lui, je suis sûr qu’il y aurait moyen de négocier ^^

  3. Coucou
    On est très heureux de voire que vous allez bien et que vous arrivez à profiter de chaque instant, de chaque paysage!
    On est toujours impatient de découvrir quelles aventures « périlleuses » ont pigmenté votre journée.
    Vos photos sont très belles et vos textes fabuleux.
    On vous encourage et vous embrasse tous les 3.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2019 Puffy en voyage

Theme by Anders NorenUp ↑