P1100737

P1100728

C’en est fini de la pluie et on continue notre route très vite en direction de la chaleureuse Grèce. C’est pas souvent qu’on lave le linge. Encore moins qu’on prend un chemin boueux. Mais il a fallu que ce dernier soit le lendemain de la lessive. Il n’y a pas de justice. Toujours se méfier des raccourcis en Albanie.

P1100712

P1100713

Première et dernière nuit sous la tente dans ce pays, dimanche dernier, à 950m d’altitude. Soupe soluble pour réchauffer le thermomètre qui descend un peu dans les négatifs. On s’habitue trop vite au confort.

P1100769

Le passage d’une frontière est toujours un moment excitant. On bouge, on avance, c’est nouveau ! Les douaniers, plutôt que nous fouiller, nous demandent s’ils peuvent essayer notre klaxon. Qui ne fonctionne d’ailleurs plus. Paix ait son âme. Un panneau « Welcome to our country » aux côtés d’une route fraiche en construction nous souhaite la bienvenue. On file sur le goudron jusqu’à Kastoria en prévision d’une pause pic-nic. Le hasard en décide autrement quand un homme en voiture nous interpelle: -« Logan ? ».  « Merde, on vient à peine d’arriver et on nous connais déjà ? » Et voici Harrys avec qui nous avions discuté sur warmshower, mais ce n’était pas possible de se rencontrer, mauvaises dates. Finalement si, avec un joli concours de circonstances ! On passe un bel aprem en sa compagnie, à visiter la ville réputée pour ses fourrures. Partout des publicités de femmes en manteau carressent la douceur de leur épaisse capuche. D’après notre hôte, c’est surtout les russes les premiers clients. Les gens d’ici n’en ont pas besoin, il fait pas assez froid ! M’enfin ça contraste sacrément avec le précédent pays.

P1100776

P1100796

Le lendemain, on s’attaque à notre dernier col avant la redescente jusqu’à la mer. En haut, on savoure cette instant. De 1200m, on sait que c’est le niveau zéro qui nous attend. Des bergers et leurs troupeaux qui cabriolent dans les rochers, on passe à la plaine et à ses champs d’arbres fruitiers. Des champs immenses, l’agriculture moderne ! Le décalage est saisissant. Les paysans sur leurs tracteurs traitent dans un nuage de fumée leurs terres avant l’hiver. Nuit sous tente au bord d’un lac, pas de doute, la côte n’est plus très loin.

P1100827

P1100807

P1100832

P1100854

P1100871

On s’arrête dans le village de Trifilli le lendemain à la recherche d’un jardin, espérant nous faire comprendre en anglais. On demande à une maison, à grand renfort de gestes. « Yes, no problem. Coffee ? » La porte s’ouvre immédiatement en grand et Vergos, qui vient de se servir un frappé, file nous en préparer un. Après la sauce tzatziki et les pitas, on découvre cette boisson rafraichissante. Un frappé, c’est un café bien secoué, avec des glaçons. La température a définitivement changé..

P1100898

P1100894

Vergos est très bavard, on rigole beaucoup mais on comprend peu ! Le grec, c’est pas encore ça. Les dessins et les gestes aident. Giorgos (prononcé Yiorgos, enfin Georges quoi), son ami, nous accompagne pour une chouette soirée. On apprend le mot « malaka », surement le plus utilisé en Grèce. C’est pour insulter le camion qui double trop près, accueillir un copain, ou bien pour parler des politiques. On trinque à la France ami, mais pas à l’Allemagne. Merkel n’est pas la grande pote des grecs. On découvre de superbes chansons. Et il y a un iguane dans la maison !

http://m.youtube.com/watch?v=iOFt8kgpuHg

P1100895

P1100903

P1100899