Thé prêt ?

Les différents thés viennent de la même plante, c’est le processus qui change. Pour le thé noir, ça s’passe comme ça :

Jour 1le-the-qui-seche-apres-le-ramassage

Ramasses les feuilles. Choisis les petites, les jeunes pousses et enlèvent les feuilles trop grosses qui dépassent, pour que toutes les arbustes aient la même hauteur. C’est plutôt agréable de ramasser le thé, pas besoin de se baisser ou de tendre les bras, tout est à la bonne taille.
Tu étales ta récolte de la journée pour la faire sécher jusqu’au lendemain.

Jour 2

le-the-apres-roulage

Les feuilles vont être roulées et pressées, pour casser les cellules de la feuille. Les enzymes libérées vont réagir avec l’eau et l’air, c’est l’étape d’oxydation. C’est ce qui va donner la couleur, le goût et l’odeur. Ensuite, les feuilles passent au four. C’est le séchage final, pour retirer le maximum d’humidité.
Enfin, elles sont écrasées et passées au tamis pour être plus belles dans ta tasse.
Jour 3degustation-du-thé-noir-et-vert

Tu te réveilles avec les oiseaux qui gazouillent au soleil et tu savoures ton petit thé noir. Ça va être une bonne journée hein – 🙂

Pour le thé vert, la seule différence c’est qu’après le ramassage, tu plonges les feuilles quelques secondes dans un bain de vapeur plutôt que de les faire sécher pendant une nuit. Ensuite c’est pareil, pressage et four. L’oxydation du thé n’est cette fois que partielle.
Ça n’empêche pas ce petit coquin d’avoir 22 propriétés médicinales, que du bon pour toi. Il peut baisser ton cholestérol, prévenir des caries, te détoxifier, réduire ton asthme, te donner un joli teint et même, même qu’en plus de tout ça, il pourrait battre ton cancer ! On te laisse le choix de piocher ta propriété préférée. Tu peux aussi boire du thé vert parce que c’est très bon, y’a pas de mauvaise raison –  🙂

Un arbre à thé peut vivre jusqu’à 150 ans. Un bon investissement, ça s’entretient et ça se protège. Tu peux lui préparer un composte succulent, fait d’enveloppes de riz (que toi tu manges pas) et de crottes de chèvres (que tu manges encore moins). Tu fais ton petit mélange et deux fois par an, tu le déposes aux pieds des plants. Plein de minéraux pour un plant de thé heureux. « Happy happy« .

N’oublies pas de plan-thé des arbres (genre des légumineux) au milieu de ta plantation, ils permettent de limiter l’ensoleillement direct tout en fournissant des minéraux complémentaires dans le sol. Aussi creuses des canaux autour de ta plantation, comme ça la couche d’eau sera abaissée de 50 cm, et les racines ne seront pas noyées mais pourront boire, pépère, l’eau à leur por-thé.

Si ta plante a Ébola, le sida ou la varicelle, tu peux faire tout un tas de mélanges à base d’urine de vache et de différentes feuilles pour que ton business soit florissant (ça marche moins bien chez les humains d’après ce qu’on a entendu). Le méthane mis à part, ce qui sort du derrière des vaches c’est tout bio-nus.

prepa-du-compost

1 Comment

  1. Visiter votre blog m’a fait l’effet d’une grande tasse de thé vert, et encore plus: que de sourires, de belles idées et rencontres!
    Bravo pour ce beau projet et tout le meilleur pour la suite de votre odyssée 🙂

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2018 Puffy en voyage

Theme by Anders NorenUp ↑